Notre centre de formation a retrouvé son niveau d’activité

Formations et interventions extérieures

Destinées aux professionnels et bénévoles travaillant en lien avec des personnes exilées, les formations du Centre Primo Levi permettent de mieux discerner d’où émanent les difficultés rencontrées et de proposer une prise en charge adaptée à ce public. Il s’agit de sensibiliser les participants (notons que l’accompagnement des personnes exilées ne fait, par exemple, pas partie de la formation classique des professionnels de santé) face à la détresse des demandeurs d’asile : ils peuvent, en effet, se trouver déstabilisés par la confrontation avec les effets des traumatismes. La formation permet d’en saisir les effets, de repérer les malentendus, les incompréhensions, les doutes qui peuvent en résulter quant au cadre d’action de la mission d’accueil. Depuis 2002, plus de 5 000 professionnels d’horizons très divers ont été formés via notre centre de formation agréé et certifié Qualiopi.

Fortement impacté par la crise sanitaire en 2020, le centre de formation a commencé en 2021 à retrouver un niveau d’activité proche de celui de 2019, signe que la demande des bénévoles et professionnels est toujours présente et ne faiblit pas. 29 formations ont donc été animées par le Centre Primo Levi, 11 formations dites internes (organisées intégralement par le Centre) et 18 formations dites externes (auprès d’organismes ou institutions extérieures, à leur demande). Le reflux partiel de la crise sanitaire a permis au public bénévole et professionnel de revenir vers les formations du Centre. Ils ont été 378 participants, moins nombreux qu’en 2019 (721 personnes), mais 43 % plus nombreux qu’en 2020. Le retour se confirme et se concentre davantage sur les formations dites externes (231 participants). Le retour vers l’échange présentiel se confirme aussi, suivant une tendance que nous pouvons retrouver au niveau des consultations du centre de soins. Seules 9 formations sur 29 ont eu lieu à distance, soit environ 30 %.

Qui sont les personnes formées ?

Il s’agit de travailleurs sociaux, psychologues, de membres du personnel médical et paramédical venant de toute la France, d’avocats, juristes ou étudiants. En 2021, près de 47 % des participants étaient travailleurs sociaux.

Les soirées thématiques

Conçues sous forme de cycles calqués sur l’année scolaire, ces soirées permettent d’aborder une problématique clinique sur le moyen terme, d’approfondir un sujet complexe selon une fréquence mensuelle, d’y revenir de manière régulière, apportant à chaque fois des éclaircissements issus de la clinique et de la pratique.  Les thématiques de cette année 2021 ont porté, au premier semestre, sur « Figures de l’identification et traumatisme[IB2]  » et « L’éthique et la place du clinicien », et, au deuxième semestre, « L’angoisse comme outil de travail » et « Naissance de la clinique ». Au total, 18 soirées ont eu lieu à distance, rassemblant en moyenne une trentaine de personnes (professionnels du soin et professionnels de l’accompagnement).

Interventions extérieures

En 2021, le Centre Primo Levi a pris part à quinze événements (colloques, rencontres, séminaires, débats…) organisés dans toute la France par des partenaires associatifs, ou du milieu de la santé, de la recherche et de l’éducation. Ces interventions ont permis de partager l’expérience clinique acquise au centre de soins auprès des patients avec près de 500 professionnels, militants, étudiants, etc. Ainsi, Sibel Agrali, directrice du centre de soins, est, par exemple, intervenue le 19 janvier à Paris à l’Institut de formation paramédicale et sociale de la Croix Saint-Simon. En juin, Nathalie Dollez, psychologue clinicienne, a participé à la 31e Journée d’études de l’Association Nationale des Sages Femmes Territoriales, consacrée à la « Maternité en Exil : Espoirs et réalités ». Enfin, en novembre, Armando Cote, psychologue clinicien, était l’invité du Diplôme d’Université « Radicalisation et terrorisme », organisé par l’UFR d’Études psychanalytiques de Paris 7.


Les chiffres

  • 29 formations organisées, pour 378 participants
  • 15 interventions extérieures auprès de partenaires associatifs ou du milieu de la santé, de la recherche et de l’éducation, 494 personnes ont été sensibilisées